Voyage entre les mondes

du 22 au 28 février
Jacqueline Mézin

Jacqueline Mézin vient installer  ses dernières créations dans la salle de bal. Elle avait déjà transformé notre salle de bal en atelier l'été 2019. Elle nous propose pendant sa résidence d'explorer trois dimensions pour observer ses peintures, voici ce qu'elle nous raconte :

*  Mondes flottants au lion d’or  Installation, déambulation entre parcelles d’univers et autres bouts de galaxies (peintures sur papier rond, technique mixte) 

Expoérience  (à base d’explorations picturales) 

Aux origines de cette expoérience, il y a l’envie d’exposer des œuvres peintes sur le plancher de la salle de bal du lion d’or.

Mon choix s’oriente tout d’abord vers une série qui me semble évoquer un passé de la terre. 

Cette série s’appelle « l’horizon des gouffres ».

Puis il y a un travail de peinture amorcé au tout début de cette année 2021. 

C’est une exploration de surfaces rondes d’un petit mètre de diamètre.

Cette rondeur est ma seule « intention », mon point de départ, le reste est à surgir.

La première réalisation évoque tout naturellement (mais à ma grande surprise) une planète vue de l’espace. D’autres vont suivre. 

Chemin faisant et toujours sans volonté autre que laisser le voyage se faire, je m’éloigne. 

Les rendus évoquent maintenant des parcelles d’univers, nébuleuses, amas stellaires, mondes en création ou en train de s’effondrer. Je remonte dans le temps.

C’est à ce voyage de l’intime, du familier, jusqu’ aux confins de l’espace et retour 

que cette expoérience invite peut être, comme une rêverie autour des liens profonds 

tissés avec les origines de toute forme de création.

*  Petits mondes à venir…chez vous?  Un tour des mondes chez l’habitant

9 peintures, objets de rêverie, méditation, réflexion…

9 mondes migrants, cherchant où se poser, atterrir, pour un temps. Faire étape.

28 jours de voyage, étapes de 7 jours dans 4 maisons 

9 petits mondes partis en voyage...chez l’habitant.

Chaque peinture s’invite au hasard, elle n’est pas choisie.

L’accueillir pendant 7 jours. Lui ouvrir sa maison,  lui faire place dans son intérieur.

Avoir le temps de la rencontre, au petit déjeuner, avant la nuit, entre 2 rendez vous...

Lui donner un nom, un titre qui dirait un peu de la relation, du regard qu’on pose sur elle et/ou l’inverse.

Donner de ses nouvelles si on le souhaite, en écrivant une carte post’mail, en se mettant à sa place, dire « je ». Avec une photo peut être. 

Chargé de ce premier regard, cette première attention, laisser ce petit monde repartir, le transmettre,

à d’autres.

* Autres mondes en expansion... " Chez ta soeur " , à Tournus pour continuer d'explorer.

 * Pour faire connaissance, ce qu'elle raconte d'elle...

Avant je ne sais pas, mais en 1970 je nais à Chambéry.

Après 2 ans de dé-formation  à l’école des beaux arts de Grenoble je suis assez désenchantée mais heureusement … enceinte!

Et puis je découvre le théâtre en le photographiant.

Nouveau territoire d’expérimentations où je pratique décor, jeu, écriture et mise en scène avec les compagnies -laboratoire trico - les yeux gourmands et unique comme tout le monde essentiellement. Une traversée dense, dingue, et pleine d’humains.

Débutée en 1992, l’aventure du théâtre s’éteint en 2014.

Je ne sais pas ce qui va suivre. 

Cette même année, je participe à une installation monumentale de l’artiste Microbe 14 sur le thème de la 1ère guerre mondiale. Je produis pour l’occasion une série d’une cinquantaine de dessins et renoue sans y penser avec ce temps donné à la solitude et au silence de l’atelier, qui engendre, déploie, prend forme.

L’enchantement de l’exploration picturale pour elle même est de retour. 

Dans une démarche simple, enfantine au sens noble de la joie dans la découverte, j’explore la matière, ce condensé d’énergie. 

3 éléments -support, médium, outil- avec le geste, le mouvement, le souffle, m’ ouvrent  des contrées vastes, singulières. 

J’essaie d’être attentive et disponible à ce qui semble vouloir advenir, se manifester.  

Je crois  cet auteur qui dit «la vie plus forte que la pensée». 

Je laisse les ponts se faire et la vie se déployer, trouver les chemins par où ça passe, et m’emmener par beau temps vers le surgissement, la surprise, l’étonnement...ces lieux de découverte de l’étrangeté. 

Et des mondes s’ouvrent qui nourrissent le lien avec cette terre.

Et me font habiter pleinement ce temps de vie.

Avec un sourire

Jacqueline Mézin

Retour aux séjours d'artistes